David Christoffel – rhétorique

Chez Publie.net jubilation à la lecture et l’écoute de « l’Argus du canibalisme » de David Christoffel, dont j’ai réalisé avec retard que je l’avais entendu assez souvent, lui ou une oeuvre de lui, sur France Culture sans avoir retenu son nom à cause de ma fichue écoute sélective

(présentation avec deux poèmes, et téléchargement éventuel sur http://www.publie.net/fr/ebook/9782814503960/argus-du-cannibalisme )

Et ce que j’ai noté, emportée par la lecture, ou m’arrêtant trop sur certaines mêlées de mots pour que vienne ce qui en elles se blottissait, n’est certainement pas le meilleur – d’autant que voulais petits blocs qui se suffisent, alors que c’est le flot, ses variations, méandres, qui ont sens

Juste pour picorer, au prix d’un certain effet de coq à l’âne :

« pour pas se dire qu’ironiquement

parce que tellement pas possible

de pouvoir normalement

c’est que : tellement de quoi devenir fou

si on pouvait parler honnêtement »

« C’est toujours dommage. (Il peut y avoir un moment où il est fier de son arme. Il peut y avoir un moment où il continue plus que nécessaire. Il peut ne pas faire attention et ne pas y avoir la mort de la victime ou la vengeance de qui que ce soit. Et s’il ne sert pas lui-même de nourriture à quelqu’un, c’est parce qu’il ne sera pas au bon endroit pour pourrir.) »

« Dans lequel Ce serait bien

D’avoir le sentiment

Le savoir est un sentiment

La musique donne un sentiment

Aristocratique, en tant que sentiment,

Y’a pas d’mal

Et pourrait même arriver à tout l’monde »

« Si la longévité est un sujet de fierté et si la longévité est proportionnelle à la capacité du pays à maintenir la misère en-dehors et à avoir le bon vin toujours pour parler d’autre chose, il y a de quoi être fier de vivre longtemps pour autant qu’il y a un grand nombre de reconduites sans savoir combien de verres par jour on devrait pour allonger sa durée de vie. »

Dans mon ignorance j’ai fait, en écoutant les questions au gouvernement (sans rapport, je sais, mais c’est ainsi) un début de recherche, et en ai ramené :

une vidéo ‘La Fontaine électro » qui me fut vrai plaisir  http://www.dailymotion.com/video/x996gb_david-christoffel-la-fontaine-elect_creation

et :

l’impressionnante liste d’interventions, publications sur son site d’une totale austérité http://www.dcdb.fr/

un extrait et une présentation de « littéralicismes » et de l’auteur aux Éditions de l’attente http://www.dcdb.fr/data/Annonce_Litteralicismes.pdf

etc… je vous laisse faire la recherche google si le coeur vous en dit

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour David Christoffel – rhétorique

  1. J’aime imaginer une lecture à voix haute de ce texte, les inflexions de voix proposées, les tons et demi-tons, les chuchotements et les éclats. Oui j’aime bien l’imaginer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s