Le grand amour de la pieuvre (fragment)

Au deuxième temps de la valse, vous êtes voyeur. Vous vous enivrez avec cet humour au noir. Vous vous mettez à rire, de ce rire qui n’a rien de la joie. Face à la bête sur l’écran, vous dévisagez et riez, alors qu’au fond un frisson inavouable vous traverse l’échine. Rire de votre propre rire, de cette tendance à vous rire des bêtes pour vous moquer de vous-même. Vous serez toujours un homme ou une femme qui contemple les animaux, confortablement assis dans votre siège pourpre d’hominien. Vous aurez toujours peur du sang des bestiaux. Vous en aurez toujours un peu sur vous.

Vous sortez vivant du deuxième temps pour mieux tordre le poignet du public au temps suivant. Celui qui fait tourner de l’oeil. Votre attention va de la bête à vous, de vous à la bête, de la bête à vous, bête à vous, vous à bête, vous bête bête vous, qui tournez, qui tournez sur vous même, mille temps. Si près qu’on ne vous distingue plus. Vous, lui, elle, moi. On s’en boucherait les oreilles, or ce sont les yeux qu’il faut clore. Je suis une pieuvre mais je suis Marilyn, je suis Marlon, je suis Delon, je suis Bardot. Vous avez l’impression vous aussi d’être cette bête qui vous considère intensément, en gros plan, qui vous filme en direct. Le «poulpe au regard de soie» double la pieuvre qui dévisage. Identifiez-vous avec moi et vous éprouverez le dégoulinage, la ventouse, l’inondation des huit membres qui vous étouffent. Un peu d’air ?

Marie Berne

Le grand amour de la pieuvre

L’Arbre vengeur

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s