le terrier (fragment)

On a comme le sentiment de n’avoir jamais vraiment organisé le terrier pour se défendre contre une attaque, on en avait l’intention, mais contre toute expérience de la vie, le danger d’une attaque semblait lointain, et donc l’organisation défensive était elle-aussi lointaine, ou bien si ce n’est lointaine (comment cela eût-il été possible ?), du moins placée à un rang bien inférieur par rapport aux installations destinées à une vie pacifique, installations qui, partout dans le terrier, étaient donc privilégiées. Beaucoup de choses auraient pu être organisées dans ce sens sans que le plan général en eût à souffrir, il est à vrai dire incompréhensible que cela ait été négligé. J’ai connu beaucoup de bonheur pendant toutes ces années, le bonheur m’a gâté, j’ai été agité, mais l’agitation à l’intérieur du bonheur ne mène à rien. Ce qu’il faudrait faire, maintenant, ce serait d’inspecter le terrier avec beaucoup d’attention en se concentrant sur la défense et en étudiant toutes les possibilités défensives imaginables, ce serait d’élaborer un plan de défense, ainsi que le plan de construction qui va avec, et ensuite de commencer aussitôt à travailler, frais comme un jeune homme. C’est ce travail qui serait nécessaire, pour lequel, soit dit en passant, il est évidemment beaucoup trop tard, mais c’est bien ce travail qui serait nécessaire, et nullement le creusement de quelque grand trou d’investigation qui, à vrai dire, ne servirait qu’à consacrer toutes mes forces, sans aucune défense, à la recherche du danger dans la crainte folle qu’il ne puisse pas venir assez vite tout seul. Soudain je ne comprends plus mon ancien plan, je n’arrive plus à trouver le moindre élément de raison dans ce qui fut jadis raisonnable, j’arrête une nouvelle fois de travailler et aussi d’écouter, je ne veux pas découvrir que le bruit a encore augmenté, j’en ai assez des découvertes, j’arrête tout, je serais déjà content si j’arrivais à calmer mon conflit intérieur.

Franz Kafka

un artiste de la faim, à la colonie pénitentiaire,

le terrier

nouvelles traductions de Laurent Margantin

Numeriklivres

http://numeriklivres.info/produit/un-artiste-de-la-faim-suivi-de-a-la-colonie-penitentiaire-et-de-le-terrier-ou-la-construction-par-franz-kafka-traduction-laurent-margantin/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s