le terminus des Vautours

 

Le Bus ce jour s’arrête là

Au terminus des vautours

Moi qui allais vers des soirées sans alpaga

Je crus brutalement devenir sourd

.

Le chauffeur me parlait une langue que je ne savais pas

Et le panorama et les banlieues

Sur ma mémoire tiraient le drap

.

Tout le monde descend à ce carrefour là

Et quand le Bus s’en va mon compagnon est un Vautour

A qui je demande bêtement le droit d’écrire une dernière fois à mes Amours

.

Bonsoir mes douceurs ce monde tant haï

Salut la cloche qui hurlait le nom d’Anna comme un incendie

.

Adieu les nuits où nous allions chercher de l’or

Dans des vertiges chéris

.

Ciao les amis vos rendez-vous des bars

Poussent verticaux sous le vent des déserts noirs

Vos palmiers vos paroles

Nos aventures vos farandoles

Tout est Ciao la Vie Ciao et sans rature

Ciao la Vie Ciao !

.

Au terminus des Vautours

Salut ma belle amie

Ton souvenir est de velours

Pour celui va migrant

Vers ce pats dont nul n’est revenu

Accident ou vieillesse

Qu’importe la cause du dérapage funambulesque

Le Bus ce jour s’arrête là

Au terminus des Vautours

Moi qui allais vers des soirées sans alpaga

Les yeux bandés d’Amour

Gérard Gélas

Virgilio

l’exil et la nuit sont bleus

édition Jacques Bremond

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s