A la crinière du cyclone

 

Des terres

à même l’écume des vagues et des larmes

du soleil

des terres fracturées comme des dalles

échelonnées sur le dos d’une allée sinueuse

de serpent de mer

et ça rampe

dans un sillon de rire ou de rage blanche

on ne sait

au ras des flots de colère

frapper l’air chaud d’un grand coup de rein

de baleine en sursaut

et d’un beau cri d’éclair

foudroyer l’hélico qui ronronne et vrombit

comme une mouche à merde sur le nez levé

des crapauds

ou comme un noir démon

Georges Desportes

12 poètes antillais contemporains

par Liliane Fardin

Editions Les Perséides, Rennes

en fraternité et proximité (parce que le trouve beau… mais sans que rien soit dit de la détresse, un peu trop écrit du côté du cyclone)

Georges Desportes est martiniquais, je ne connais pas les poètes de Saint Martin ou Saint Barthélémy)

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s