un jour tu apprendras

 

à Marcel Bebey-Eyidi

Un jour, tu apprendras

Que tu as la peau noire, et les dents blanches,

Et des mains à la paume blanche,

Et la langue rose

Et les cheveux aussi crépus

Que la forêt vierge.

Ne dis rien.

Mais si jamais tu apprends

Que tu as du sang rouge dans les veines,

Alors, éclate de rire,

Frappe tes mains l’une contre l’autre,

Montre-toi fou de joie

A cette nouvelle inattendue.

Puis cet instant de gaieté à peine passé

Prends ton air sérieux

Et demande autour de toi :

Du sang rouge dans mes veines,

Cela vous suffit-il pour vous faire croire

Que je suis un homme ?

La chèvre de mon père,

Elle aussi, a du sang rouge dans les veines.

.

Et puis, dis-leur que tu t’en moques.

.

Car tu sais, ils n’ont rien compris

A la farce créatrice qui donna

Du sang rouge à l’animal et à l’homme,

Mais oublia totalement de donner

Une tête d’homme à la chèvre de ton père.

.

Va et travaille

Alors, tu seras un homme.

Francis Bevey

dans

l’Anthologie de la poésie camerounaise d’expression française

Paul Dakeyo

repris dans

Poètes d’Afrique et des Antilles

Hamidou Dia

la petite vermillon

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s