Juste après la mort du grand homme

 

Je restai ainsi cinq heures, durant lesquelles, pour me prouver que tout n’était pas mort dans la maison, je cherchais à percevoir, ça et là, dans un demi-assoupissement, le bruit de chuchotements, d’allées et venues, le long du couloir. Cela n’était pas gai, certes ; cela n’était pas non plus très pénible… Au fond, je n’étais pas fâché d’être libre, je jouissais presque d’être seul. Quand Mme de Balzac rentra, j’avais donné un peu d’air à la chambre et m’étais rhabillé… Elle était extrêmement pâle, défaite… Ses paupières gonflées et très rouges montraient qu’elle avait dû beaucoup pleurer : «C’est fini, dit-elle… Il est mort… Il est bien mort !» Elle se laissa tomber sur le bord du lit, se couvrit la figure de ses mains, soupira : «C’est effrayant !» Et, toute secouée par un long frisson, elle répéta : «C’est effrayant !… c’est effrayant ce qu’il sent mauvais !…» Elle ne me donna aucun détail… A toutes mes questions, elle ne répondit que par des plaintes… des plaintes brèves, agacées… Elle avait un pli amer, presque méchant au coin de la bouche. Et la bouche, d’un dessin si joliment sensuel, prenait alors une expression vulgaire, basse, qui avait quelque chose de répugnant…

.

Il était presque quatre heures du matin ; le petit jour allait paraître… Doucement, tendrement, je lui dis : «Vous ne m’en voudrez pas de vous quitter… Soyez gentille… Il le faut… Ce ne serait pas convenable qu’on me vit chez vous à pareille heure !» Je m’attendais à une scène, à des larmes. Elle ne protesta pas… ne chercha pas à me retenir… – «Oui, vous avez raison, approuva-t-elle sur un petit ton sec… C’est mieux ainsi… Allez-vous-en !» Et, comme je ne partais pas encore, cherchant je ne sais quoi dans la chambre : «Allez-vous-en ! Eh bien ? Allez-vous-en !…» répéta-t-elle d’une voix plus dure, en se tournant du côté du mur, avec une affectation qui m’étonna…

Octave Mirbeau

La mort de Balzac

tiers livre éditeur

les grands livres singulier

https://www.amazon.fr/mort-Balzac-Octave-Mirbeau/dp/1542940427

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s