chez Francis Royo

 

Dans les bribes en 2011

A certaines heures

Très rares et très précieuses

Sans heurt et sans surprise


Âme et corps en apesanteur


Il arrive que par grâce et pendant un très très court instant


Tout devienne lumineusement


Inaccessible


Le bleu du ciel le parfum des fleurs


Les sourires des femmes et leurs perfusions lentes


La musique des mots le violon des jours


Dans la suspension folle de notre mer étale

.

Et au creux de ce silence nu


Nourri de seule soif et lourd de seul secret


N’existe plus que cette petite balle noire et dure


Et têtue


Qui file dans la chair du temps


Pour enfin déchirer


Son vide incandescent

La niche de la vie est un néant superbe

…………..

un chant-ru de 2012

J’entends à peine


là où de l’arbre bat


le cœur 


en gangue veinée lentement


gravir des sèves profondes le secret


jusqu’à plus haute tension


ces abîmes dont l’oiseau


rêve

………….

dans les dires en 2013

je voudrais pourvoir écrire sans rien savoir, nouveau-né recevant la lumière cachée derrière la lumière


………….

Shima 14 en 2014

derrière l’œil calme des camélias


un jardin sous la pluie soudain voudrait crier


mes mains d’eau tremblent muettes

………….

Lisières L21 en 2015

petite lampe sauvage

ta lumière ne pleure pas

dans ma nuit presque bue

elle dévaste mes paupières

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour chez Francis Royo

  1. VB dit :

    Sa voix manque, tant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s