Gaston D

 

Assassinat mis à part, tout le monde est d’accord pour reconnaître que Gaston D… est un grand caractère. Peut-être mufle, goujat et cruel, mais incontestablement courageux, fier et entier. Une hypocrisie très fine, Renaissance italienne. La cour, les hommes habillés de rouge, les gendarmes et les soldats ne l’impressionnent guère ou, s’ils l’impressionnent, il ne le montre pas. On a vu qu’il répond du tac au tac au Président, sans insolence, avec bon sens. Même, à ses risques et périls, il tient tête, et malgré tout ce que disent les enquêtes psychologiques, il tient tête sans colère. Il est rusé mais il n’est pas habile. A maintes reprises il s’est montré laid. Je le crois capable de générosité à condition que cette générosité soit un spectacle. Malgré son vocabulaire très restreint (pendant tout le temps des débats il s’est servi de trente-cinq mots. Pas un de plus. Je les ai comptés) à un moment il commence par : «Moi, on m’a pris comme un mouton dans la bergerie» et il fait sur son état de berger solitaire six phrases parfaites. Je regarde mes amis ! Nous sommes éberlués. Au point que j’en oublie de noter ces phrases. Je le regrette.

Ce n’est pas un caractère exceptionnel. Dans les collines et les montagnes de Haute-Provence, j’en connais mille, semblables je l’ai dit. Les gens à faux col, et qui croient à M. Seguin de la chèvre, en ont été choqués et me l’ont reproché. Ce qui prouve qu’on peut habiter un pays, en être même sans le connaître. Ils ne le connaissent pas parce qu’ils se servent de ce pays pour faire des affaires, de la politique ou leur politique. Ils ont peur, disent-ils, pour «l’avenir touristique du pays».

Jean Giono

Notes sur l’affaire Dominici

folio 2 €

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Gaston D

  1. Drôle d’affaire… mais le film avec Jean Gabin reste dans la mémoire ! 🙂

  2. brigetoun dit :

    et le petit bouquin de Giono (notes au cours du procès pour un journal et petite réflexion consécutive aussi (quand on est tombé dessus)
    et c’est vrai, même si cette Provence de l’intérieur est entrée dans la vie du pays (pour se trouver envahie de résidences secondaires) on est loin des clichés sur la côte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s