Collègues de bureau

 

j’étais alors perclus de douleur ; j’aurais pu éclater en sanglots ; je me contenais difficilement ; et de fait c’était souvent dans les toilettes de mon bureau que j’allais donner un peu libre cours au chagrin qui me secouait inexorablement ; mes collègues ; je crois ; ne s’en apercevaient pas toujours ; et quand ils devaient s’en rendre compte ; ils avaient assez de discrétion pour détourner leur regard ou se faire plus fuyants encore ; avant qu’elle ne meure dans cet accident de voiture je n’aurais pas cru que la bonté ou tout simplement la retenue puissent exister dans de telles proportions chez beaucoup ; non que j’eusse pris mes collègues pour des rustres sans coeur ; mais le monde du travail ne laisse pas la place aux uns et aux autres d’exprimer pleinement toute la compassion dont ils sont capables ; peu de temps après l’accident ; après sa mort ; un de mes collègues ; dont beaucoup s’accordaient à croire ; et je n’étais pas loin de penser avec eux ; qu’il était un ours tout à fait ; ce collègue donc ; me révéla qu’il avait perdu son fils noyé dans la baie du Mont Saint Michel ; il y avait cinq ans ; ce que nous ignorions tous ; et qu’après une période difficile il avait trouvé beaucoup de réconfort en travaillant dans son temps libre à faire du soutien scolaire dans une banlieue défavorisée proche de son domicile ; une activité dont il ne vantait pas ; et dont je compris à demi-mot qu’il préférait qu’elle restât inconnue de nos autres collègues de travail ; soucieux qu’il fût en somme de ne pas écorner son image de type bourru ; il ne voulait surtout pas ; au contraire ; qu’on le prît en amitié ou en compassion pour cette raison ou qu’on l’épargnât d’une façon ou d’une autre ; de façon comparable je crois que beaucoup de mes collègues m’avaient précédemment rangé dans la confrérie des ours retors et mal léchés et qu’ils découvraient dans mon chagrin ; que je parvenais si difficilement à rendre inaperçu ; une facette de ma personnalité qu’ils n’auraient pas soupçonnée ; la fragilité ;…

Philippe De Jonckheere

Une fuite en Egypte

Inculte

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s