les anciennes images

 

à quoi servent donc les nomenclatures de fin d’histoires?

les anciennes images se sucent comme des « drops » gélifiés, jus acidulé qui glisse jusqu’au fond des mémoires

le temps nous congestionne avec des cordons d’ombilic mal cicatrisé

qu’est-ce qu’on s’adore qu’est-ce qu’on s’aime, à vouloir ainsi garder précieux, le mana poivré de ses dieux lares

on ne voudrait donc jamais rien déjeter, ne poser jamais ses cartes sur la table et quitter le hasard

ne jamais couper coeur ou court, comme on préfère

se défaire et refermer enfin l’éventail de toutes ses cicatrices ?

j’épile mes attaches, mes poèmes comme du gazon de femme

chaque virgule dans le système nerveux

j’arrache j’extirpe jusqu’à ma nudité

un jour oui demain je serai une enfant, l’enfant que je fus, blanche page sans écrits

Anna Jouy

Je et autres intimités

anciennes

Editions QazaQ

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour les anciennes images

  1. annajouy dit :

    merci brigitte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s