L’église dans l’orage

 

 

ciel noir encre de

Chine sur le blanc

du bristol le noir

glisse sur la page

.

descendant du ciel

l’orage glapit sur

les pylônes la mer

dévastée comme une

prairie noyée sous

la trombe ô écoute

.

ô dessine la force

de l’orage vacarme

insane du tonnerre

.

le choc des nuages

dans la demeure de

Dieu la vision est

unique l’église de

Guarbecque descend

du milieu des feux

de l’orage descend

du ciel rouge noir

.

l’église stagne au

milieu du ciel les

vitraux luisent au

milieu des rafales

.

l’église est comme

une citadelle sous

les éclats d’orage

.

forteresse volante

de pierre blanchie

.

elle est suspendue

au-dessus des eaux

.

entre les coups de

tonnerre on entend

la litanie ardente

le murmure obstiné

des prières en bas

le fleuve s’aligne

sur l’horizon flot

gris entre le pays

et le pays en haut

l’église suspendue

descend par degrés

dans la forme-rêve

du peintre le pont

de Newport tremble

au-dessus de l’eau

.

dans la lumière de

l’orage orangé les

colonnes vacillent

.

la foule des morts

frémit dans la nef

.

l’église est aussi

un pont entre mort

et vie les visions

du peintre sont sa

réalité demain les

ponts entrecroisés

dessineront sa vie

.

toute larme sur le

visage des humains

sèchera l’orage se

dispersera dans le

souffle des orants

.

la mort n’existera

plus et la mort sa

mort sera anéantie

REVELATION NEWPORT…

dans

Ourson les neiges d’antan

Lucien Suel

éditions QazaQ

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’église dans l’orage

  1. Lucien SUEL dit :

    Merci Brigitte d’avoir prêté votre voie à ce poème. J’entends aussi la voix de William Brown m’appelant depuis le Pays de Galles un matin, pour me dire qu’il avait rêvé de la petite église de Guarbecque (mon village natal) descendant du ciel au-dessus des flots de la Severn comme La nouvelle Jérusalem de l’Apocalypse. Ce rêve est devenu une série de tableaux de William et ce poème.
    La Severn forme la frontière entre Angleterre et Pays de Galles. On la franchit au niveau de la ville de Newport près de son embouchure sur un pont gigantesque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s