avec Erwan

 

Mais il n’a rien dit, Erwan, se mettant à marcher de cette démarche fuyante d’adolescent qui ne sait pas quoi faire de son corps et les mains dans les poches comme pour dire qu’il était calme ou peut-être insensible ou peut-être au contraire, pour masquer la violence et ses nerfs tendus, les poings sûrement serrés en attendant tel soir plus grand que les autres vu qu’Erwan, j’ai compris depuis, tout ça, ça l’habitait bien plus que moi.

Quoi, qu’est-ce qui l’habitait plus que vous ?

La lutte des classes, j’ai dit. Et pour la première fois depuis que j’étais entré là, dans ce bureau face au juge, j’ai souri.

Ce n’est pas faute de lui avoir menti à Erwan, d’avoir essayé de lui mentir, pour son bien, pour notre bien à tous, pour la paix sociale, vous comprenez, je lui ai dit que tout s’arrangerait bientôt, là, sur le chemin pluvieux qui tout s’arrangerait bientôt, là, sur le chemin pluvieux qui nous ramenait chez moi, je lui ai dit qu’on avait beaucoup parlé avec Lazenec, que bientôt, bientôt il y avait beaucoup de choses qui allaient changer, tandis qu’au plus profond de moi, je sentais qu’aussi bien j’aurais pu commencer par la seule phrase déjà conclusive qui méritait d’être dite, quelque chose comme «voilà, ton père est un crétin, ton père s’est fait avoir sur toute la ligne et maintenant il se couche et il rampe et toi tu es son fils et tu le regardes tomber». Et de seulement m’imaginer dire cela à mon fils, j’avais l’impression de m’alléger de tout le poids qui me pesait depuis tant d’années, comme si je rêvais de descendre une longue série de marches vers le vide et qu’au fond de ce vide il y avait peut-être une sortie souterraine, une lumière qui allait émerger du fin fond d’une cave où je déposerais une à une toutes les armes depuis si longtemps maintenues en surface de ma peau cuirassée. Mais bien sûr, je n’ai rien dit. Nous avons seulement marché comme ça, dans le silence humide.

Tanguy Viel

Artice 353 du Code Pénal

Les Editions de Minuit

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s