le désert bleu

 

 

Le chien jaune est revenu ce matin près des poubelles. Je suis descendu d’un pas tranquille, sans prendre l’ascenseur pour ne croiser personne et je lui ai amené de la viande. Il a eu droit à l’énorme dinde congelée que Trud gardait pour les fêtes. Qu’il aille se faire enculer ce petit sous-fifre cruel. Il veut me baiser tous les vendredis pendant que sa femme est à la réunion du syndicat des copropriétaires de mes deux. Ils ont affiché un papier à l’entrée de l’immeuble pour dire que tout le monde serait en sécurité si chacun surveillait les autres. S’ils me voient nourrir les vautours et les dingos ils auront une bonne raison pour me virer. Qu’ils crèvent dans leur immeuble blanc. Et ce soleil infâme dans le grand désert bleu. Je voudrais que tout prenne feu une bonne fois pour toute. Moi je reste là. Avec les scorpions. Ici je suis bien. Je ne vois presque pas le ciel.

Thomas Vinau

dans Récits de paysage

tableaux de Jérémy Liron

éditeur

nuit myrtide c/o dimitri vazemsky

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s