rétine

 

 

Certains ont l’oreille absolue. Lui, c’était sa vue, absolument exacte.

Il ouvrait les yeux et lui arrivait l’image nette, parfaite, du coton de son drap tressé de cinquante sept fils au centimètre carré, des deux millions sept cent mille bouclettes du tissu éponge de sa robe de chambre. Dans la journée, nettes les miettes sur les trottoirs (mille sept cent soixante quinze ce mercredi devant la boulangerie rue Mandelbrot), les pellicules aux dos des vestes, les corneilles alignées en bord de toit si clairement, leurs petites blessures, filet de sang entre deux plumes, parasite crochu embusqué, et les lignes des griffures aux becs, il voyait tout.

Le soir sur son balcon, nul besoin de télescope. Il contemplait les étoiles, Andromède, Cassiopée et la Chevelure de Bérénice… Les constellations innombrables réverbérées nettement, par-dessus l’ombre, à l’intérieur de ses paupières, le voile de la peau marbrée d’une multitude de veines, les dessins similaires qui s’y superposaient, parfois exactement.

Christine Jeanney

Fichaises

publie.net

http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814504110

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s