un instant avec Novarina

Monde de saloperie de chiennerie de moindre, béhément de la terre, on voit rien d’autre partout sur toi, sauf toujours poindre une sale lumière ! Qui semble cependant très douce comparée à la vraie qui se tait. Car tout se tut en se retirant du monde qu’il fit. Animaux d’ici, aucunes des choses d’ici n’arriveront jamais à être dans nos langages, si elles sont seulement des mots qui parlent tout seuls dans la tête des gens.

Qu’as tu vu ? J’ai rien vu qu’une lumière qui me passe toujours dans la tête quand j’y suis. Qu’as tu cru ? J’ai rien vu qu’une lumière toujours jamais qui aille jaillir au bout des têtes des gens.

Animaux, animaux, levez-vous maintenant et allez dire aux paroles : «Vous êtes seulement ceci ou cela quand vous parlez et vous formez des phrases qui parlent toutes seules dans la pierre en crâne qui est.»

Valère Novarina

Le discours aux animaux

P.O.L.

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s