Phil se lève

 

 

Phil mouline alors frénétiquement des pieds comme un personnage de dessin animé et, rejetant draps et couverture, se propulse hors du lit, la caméra le suit à distance, pour gagner à droite de l’écran un cabinet de toilette, lequel donne directement dans la chambre et ne possède pas de porte. A la radio, le dialogue se poursuit, les deux compères enchaînant blagues foireuses et jeux de mots douteux à propos du temps qu’il va faire, on annonce un blizzard qui la veille encore n’était pas prévu ; Phil hirsute en pyjama bleu nuit, plié au-dessus du lavabo (de petites appliques roses encadrent le miroir ovale, derrière lui un rebord de fenêtre supporte une étrange petite lampe à l’abat-jour orange fiché dans un fox-terrier (sic) en bois ou en terre cuite), s’asperge, yeux clos, le visage, à trois reprises, d’un geste mécanique et drôle, comme si son mépris souverain s’étendait à son propre corps ; puis il s’essuie dans une serviette rose et se relève, l’air atterré par l’excitation des duettistes…

Didier da Silva

Louange et épuisement d’un jour sans fin

Hélium

collection Constellation

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s