Entre Clermont et Le Creusot

Sans titreTout le versant nord des collines – et non seulement des collines mais des talus, des fossés ou des simples mottes de terre, en somme de tout ce qui peu présenter deux versanrs – étincelle sous une mince couche de givre et plus rarement de neige, les étangs et les mares sont gelés, brillants sous les rayons obliques du soleil, à perte de vue s’étendent des champs noirs et de pâles prairies où paissent des boeufs blancs, étalant si grassement leur destin de viande de boucherie qu’il n’y aurait rien de choquant – et pour eux, peut-être, rien de très douloureux – à s’y découper de larges steaks à l’aide d’un couteau de poche, de même qu’on prélève un peu de beurre d’une motte. Des troupes de vanneaux s’abattent ça et là. Après le changement à Nevers, dans la traversée du Morvan, la couche de neige et de givre devient plus homogène tandis que le soleil décline et que s’allonge sur les prairies l’ombre des haies. Tout est bien.

Jean Rolin

Traverses

Points

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s