testament 5

Sans titreA ma fille, je lègue

le safran

les impériales jaunies par les pleurs

des jarretelles de dentelle sous une jupe longue

un costume de flanelle que je portais autrefois

les gestes de la main

toutes les ritournelles

*

A mon fils,

je lègue

la bruyère des jours de deuil

les pires saveurs

une verge et une verve grandiloquentes

les grains de sable et les bistouris

les silences carnavalesques

la joie de manger des noix

et c’est tout

Antoine Dufeu

Palimpeste testamentaire

dans

Général Instin – anthologie

Remue.net, Othello

Le Nouvel Attila

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour testament 5

  1. J’aime beaucoup la légère mélancolie qui se dégage de ce poème.

  2. Godart dit :

    Contre l’idée de léguer,mais donner de son vivant sans attendre…..

  3. brigetoun dit :

    Francis moi aussi -c’est pourquoi parmi les riches textes de l’anthologie je l’ai choisi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s