La chambre

Sans titreD’un coup les réverbères s’allument, la chambre passe au clair-obscur, gagne en trois tensions successives ce quelque chpse translucide d’une lumière sans source, ce qui reste d’éclairage après réverbération par ce mur crasseux en face, mon paysage.

«Les gogues, c’est par là», m’avait balancé le proprio, quand je suis venu visiter, le premier jour. Y a mieux mais cest plus cher, aimable ça devait être pareil. Un logement sans fiche de paye, faut pas se montrer exigeant. Puis faire la fine gueule, pas mon genre, il ne m’avait pas obligé à raconter ma vie ni les pourquoi du comment, c’était déjà ça. De cette deuxième porte, qu’il me montrait, on tombait dans un réduit sans ouverture, pas même un vasistas. Et comme le trône ne s’éclairait que de l’intérieur, bien forcé de traverser dans le noir complet. Une cage de contrepaqué, ses gogues, à peine si tu peux écarter les genoux, commode, se tortiller.

Un autre bout de couloir donne là, pour rien, puisque chaque piaule a son accès propre côté palier. Une enfilade de portes identiques sur un sol inégal de tomettes rouges. La première, celle de la chambre voisine, derrière mon lit, dont la cloison mal jointe laisse filtrer un rai d’ampoule jaune, en pleine nuit quelquefois je me crois interpellé par ces voix d’à côté. Des ouvriers du Portugal, des gars du bâtiment. Trois hommes dans une pièce pas plus grande que la mienne, comment ils tiennent. Dans ce couloir de derrière jamais je n’ai croisé personne, ces gogues sont pour moi tout seul. Les autres portes on ne distingue rien, sauf une où, par la serrure, au jour, sur un papier à fleurs grosses comme des pommes, on aperçoit la tache plus claire d’une armoire enlevée – pièce vide, maison mi-abandonnée.

François Bon

Limite

http://www.amazon.fr/Limite-François-Bon/dp/2707310395

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La chambre

  1. ah ah! la nostalgie n’est plus ce qu’elle était….

  2. Godard dit :

    Il y a du Bove dans ce Bon.L’occasion de relire l’un et l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s