le Sud

Sans titreA la différence des arbres, des hommes du vaste Sud du monde, majorité de la planète, s’enracinent bien aussi dans nos climats. Il est surprenant de se dire que dans le monde il y a plus de Sud que de Nord ; l’équateur ne suffit pas à partager en deux les hémisphères. Le Sud remonte l’Afrique toute entière, la Méditerranée et absorde ses nations côtières. Des hommes qui ont grandi sous les feuillages des solitaires baobabs, des acacias épineux, des dattiers, s’enracinent chez nous. Leur peau est imprégnée de cette ombre maternelle.

Au cours des derniers siècles, s’est amorcé le déplacement de vies le plus massif sur la surface de la planète. Auparavant, c’était le Nord qui explorait le Sud, pour le posséder en plantant les drapeaux de son propre hémisphère, comme le fait le torero avec ses banderilles sur le dos du taureau. Puis ce fut le tour du Sud qui répondit à cette visite avec un droit qui n’a pas besoin d’invitation. Les flottes qui avaient levé l’ancre du Nord pour faire main basse ne l’avaient pas non plus.

Le thé, le café, boissons nationales et orgueil des porcelaines d’Europe, ne poussent pas sur les rives de la Tamise et sur les pentes du Vésuve.

Erri de Luca

Une haute définition

traduction par Danièle Valin

dans

Climat – il est urgent de changer de voie

Hors-série de la revue Alter Mondes

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s