Naissance d’un nouveau jour

Sans titreA l’approche de l’aube, je renonçai à dormir. J’enfilai un cardigan sur mon pyjama, allai me préparer un café, en bus une tasse. Attablé dans la cuisine, je regardai le ciel blanchir peu à peu. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu le jour se lever. Une ligne bleue apparut dans un coin du ciel, puis s’étendit comme de l’encre absorbée par un buvard. Si on avait rassemblé toutes les nuances de bleu existant dans le monde pour en trouver un qui fasse l’unanimité, qui soit le bleu par excellence, je crois que c’est ce bleu-là qu’on aurait choisi. Les coudes sur la table, je contemplais cette lueur sans penser à rien. Mais, lorsque le soleil fit son apparition au-dessus de la ligne d’horizon, le bleu fut absorbé par la lumière ordinaire du jour. Un unique nuage blanc planait au-dessus du cimetière. Un nuage tout blanc, aux contours bien nets. Un nuage si blanc et si bien découpé qu’on aurait pu écrire un message dessus. Un nouveau jour commençait. Mais je n’avais pas la moindre idée de ce qu’il allait m’apporter.

Haruki Murakami

Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil

traduction du japonais par Corinne Atlan

Belfond

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Naissance d’un nouveau jour

  1. nanamarton dit :

    Depuis le temps que je me promets (d’essayer) de lire Murakami, merci de donner l’exemple🙂 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s