le vieux marin et ses compagnons

ballade du vieux marinI closed my lids, and kept them close,

And the balls like pulses beat;

For the sky and the sea, and the sea and the sky

Lay like a load on my weary eye,

And the dead were at my feet.

 

Je fermai les paupières

Et les retins fermées ;

Alors mes yeux de battre

Comme le pouls parfois ;

Car le ciel et la mer,

Et la mer et le ciel,

Étaient comme un fardeau

Sur mes yeux épuisés,

Et ces morts à mes pieds.

 

 

The cold sweat melted from their limbs,

Nor rot nor reek did they:

The look with which they looked on me

Had never passed away.

 

De leurs membres coulait

Comme une sueur froide,

Ni décomposition

Ni puanteur pourtant ;

Mais leur regard sur moi

Ne s’était pas éteint.

Samuel Taylor Coleridge

La ballade du vieux marin

traduction de Patrick Calais

gravure Gustave Doré

publie.net bilingue

http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782371774292

 

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour le vieux marin et ses compagnons

  1. jeandler dit :

    Le Radeau de la Méduse vu par Gustave Doré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s