Mais il y a les faits…

Sans titre

le fait – de les voir et les entendre se repaître de ces phrases, ces formules, qu’ils se refilent et ressassent de père en fils, d’oncle en neveu, d’impotent en parjure, à force d’adultères et de viols, s’en gaver jusqu’à l’indigestion, et y croire, finalement, en laisser l’ingrate leçon les édifier et les hausser, les exhausser, tels des athlètes ne sachant rien faire d’autre qu’aduler leur podium, ces phrases et formules qu’ils sèment au vent des repas et des réunions, afin que des femmes les entendent et les retiennent, des phrases culottées d’ironie, bourrées d’esprit, et qui sont comme des mensurations de leur appendice promues au grade de devises, des phrases-prothèses qui les aident à conclure quand le énième marc de bourgogne contrarie leur fougue, des phrases qui leur servent de démonte-pneu quand crève la roue de secours de leur instinct,

le fait – qu’il faille, selon eux, coûte que coûte, entretenir cette virilité qu’ils tiennent à offrir à leurs innombrables femelles, alors qu’ils ne savent même pas ou ne veulent surtout pas savoir la distinction entre contentement et consentement, à coire qu’une lettre en vaut une autre, qu’un t vaut un s, leur vie à eux leur mort à elles,…

Claro

Crash-test

Actes Sud

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s