chez la Vieille

Sans titreFarigoule Bastard est assis à la table de la Vieille à présent. C’est la première fois, depuis. Il a franchi le col de l’Homme Mort, en lui-même l’effort ç’a été gravir aussi. Et sur-le-champ, c’est l’écheveau des chantages qu’on déroule. Qu’on pose en travers comme un chevalet et allez on envoie. Tu les as retrouvées ? elle commence. Non, j’ai parcouru tous le Devès pour rien. Ou elles se sont bouffées, soit précipitées dans un biau, soit planquées dans un barte. Ou le loup.

Le silence de la Vieille est un incendie, c’est-à-dire une catastrophe. Sur le Buc, il y a une chevrette robuste, presque sauvage. J’entends bien l’intégrer au troupeau. L’an dernier elle est descendue d’estive avec nous. En retrait, en arrière, méfiante. Elle a passé les premières nuits dans l’enclos, mais n’a pas voulu de la bergerie. Cette année je l’ai vue guetter de loin, sur des rocailles. Il faudrait qu’elle se fasse saillir, mais le Rove est au tablier. Si en plus le loup. On n’en sait rien, il reprend, du côté de la vallée, vers Eyszahut, ils ont parlé, un veau tranché en deux. Plus près, sur Rascuègne, seize précipitées. Dans les deux cas, deux ou trois en cause, mais personne ne voit rien. Moi ici, je n’entends rien dire. Personne ne monte plus jamais et toi : ça fait au moins vingt mois que tu n’as pas passé la porte. Je me suis fermée de silence. Je suis là, étanche, étrangée.

De répondre : Les derniers mois n’ont pas été faciles, je te garantis. Je ne suis pas aux bavardages. Tu connais la terra lena, sur laquelle rien ne pousse ? Je suis sorti de l’hiver comme ça, siliceux, stérile. Après, je ne renie pas, ni le passé ni les histoires, ni les sacrifices qu’à nos égards on a échafaudés. Mais il faudra le temps, tu parles d’une saison, tu vois une chaleur, c’est cette fleur là qu’il me faut recoudre, ce surjet là me désigne le jour. Je ne te suis pas elle répond, tu parles trop sombre ou trop bien. Je ne te demande….

Benoît Vincent

Farigoule Bastard

le nouvel Attila

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s