Le voyage

Sans titreLe voyage on le fait sur un cargo de charbon

Reste-t-il un port où l’on ne s’est pas encore battu ?

Reste-t-il une tristesse que nous n’ayons pas encore chantée ?

L’horizon qu’on voyait chaque matin devant

Ne l’a-t-on pas vu chaque soir derrière ?

Que d’étoiles ont filé devant nous

Frôlant les eaux.

Chaque aurore n’était-elle pas le reflet

De notre grande nostalgie ?

On y va malgré tout, n’est-ce pas, on y va.

1948

Nãzim Hikmet

il neige dans la nuit

traduction Menevver Andac et Guzine Dino

Editions Gallimard

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s