Madame Pia Sandre, une dame aux cheveux courts et grisonnants

Sans titreah toutes ces choses qu’elle n’avait jamais vues ou jamais faites, tous ces jamais qu’elle traînait et qui s’accrochaient les uns aux autres, comme une ribambelle, une vraie queue de cerf-volant.

Elle n’est pas rentrée chez elle tout de suite à cause des horaires inutiles, il y en avait des choses à voir, des tas d’endroits à mettre dans l’appareil. Elle s’est arrêtée plusieurs fois sur le chemin en se moquant d’elle-même, de quoi j’ai l’air, concentrée devant le cerisier du vieux Léon, elle n’avait jamais vu comme ses branches devenaient fines au bout, elle a essayé de faire vite de peur qu’on lui pose des questions, mais il lui fallait mettre le gros plan des fleurs du talus du bout de la rue dans sa boite, quelle idée vraiment de photographier le porche de l’église pourtant sobre, c’était pas la cathédrale de Strasbourg, et voilà, avec ses bêtises, il n’y avait plus de place que pour deux photos dans l’appareil. Plus que deux photos, elle était devant la grille de l’école, de son école, de l’école de son passé, de tout près, à quoi ressemblerait la grille rayée de craie, le nez à quelques centimètres, elle s’appliquait, la serrure en bas à gauche dans l’objectif, les barreaux, le premier blanchi, les autres un peu rouillés et derrière le sol de ciment pâle, à peine un peu de l’escargot de peinture écaillée qui débordait du cadre, c’était bon, elle a appuyé sur le bouton.

Incroyable comme ça lui a plu de faire ces photos. Elle ne se souvenait pas d’avoir fait quelque chose d’aussi plaisant depuis longtemps….

Des photos énigmatiques, se disait Pia, je vais faire ça, en très gros plan, à quoi ressemble la haie, les feuilles rondes et les branchettes enchevêtrées, est-ce qu’on les reconnaît, et les dalles de la terrasse avec un peu d’herbe en ponctuation, à quoi ça fait penser de près, en noir et blanc, peut-être une plage ou un horizon, et si je suis trop près, est-ce que ce sera flou, qu’est-ce que ça donnera, photos ratées ou artistiques…

Christine Jeanney

Une heure dans un supermarché

Editions Quadrature

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Madame Pia Sandre, une dame aux cheveux courts et grisonnants

  1. arlette dit :

    Il me semble reconnaître quelqu’un …de par la démarche en chemin et l’oeil photographique

  2. brigetoun dit :

    l’aime bien en tout cas :)) la retraitée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s