Fissures.. (fragment)

Sans titre….

Il évitait aussi de faire le décompte de toutes les fois où il avait reçu ce genre de courriers, qui, divisé par deux, lui aurait donné une indication fiable des années accumulées dans sa mémoire, de même que depuis longtemps il évitait de compter les lignes de métro, de train, de bus qu’il avait empruntées, il n’essayait plus de savoir le nombre de voitures qu’il avait conduites, le nombre de cafetières qu’il avait cassées puis remplacées, par une autre, à peu près la même, il avait trouvé un modèle qui lui convenait, et tant que les plans sociaux ne fermaient pas l’usine de production, il continuerait de l’acheter périodiquement, il ne comptait pas les plans sociaux, les grèves qu’il avait faites, ou refusé de faire, les manifestations, peu nombreuses, auxquelles il était allé, il ne comptait pas non plus les réveils, quelle importance ? il achetait toujours le même, c’était toujours le même auquel il faisait confiance pour terminer sa nuit et basculer dans le jour toujours au même point, toujours dans le même jour. Non que sa vie fut une vie d’habitude. Mais l’absence d’attention qu’il lui apportait effaçait toute impression. Il ne comptait pas le nombre de téléphones portables, assez peu élevé sans doute, qu’il avait perdus et remplacés, ou cassés et remplacés. Il ne voulait pas se souvenir des vacances, des séjours, des hôtels, des villes, des voyages, des bibliothèques, des musées, il ne faisait pas de liste, jamais, ni des moments, ni des réitérations, ni des lieux. Parvenir au terme d’une telle liste aurait été comme plonger dans un gouffre.

Il ne pouvait pas dire pourquoi, ou plutôt : il aurait été inutile de chercher à se l’avouer à soi-même et il avait pris le parti, depuis bien longtemps, de ne pas se confier à lui-même, de n’avoir pas plus confiance en lui qu’en les autres. Il se souvenait d’un temps où il comptait les jours qu’il avait vécus, attendait les décomptes ronds et les changements, de même qu’il se rappelait avoir attendu avec impatience de voir les kilomètres défiler sur le compteur de sa voiture, et se remettre à zéro, annulant tous les neuf, passant au millier suivant. Il se souvenait d’avoir attendu, espéré, escompté ce mouvement et il ne comprenait même plus quelle importance il avait pu lui accorder….

Isabelle Pariente-Butterlin

fissures (méditation tacite)

http://nerval.fr/spip.php?article167

Revue nerval.fr 

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s