Celui qui part

sans titreAu chevet de celui qui part, on invente des silences, des gestes, provoquant le contraire de ce que l’on espérait, sa guérison. Des gestes enfouis au fond du corps, au fond des mains, qui nous déchirent par leur tendresse inimaginable.

C’est parce que c’est d’une autre guérison dont il s’agit. La nôtre.

Celui qui part nous guérit de la prison du possible, de l’impossible, et nous ouvre un autre espace entre les deux. Si on résiste à ça, on se brise.

On ne dit jamais au revoir à celui qui part, au contraire, on lui dit bonjour pour la première fois, on l’accueille comme on n’a jamais osé.

Le chagrin prend toute la place et nous empêche d’y voir clair. Celui qui part ouvre les yeux et ce qu’il regarde l’empêche de nous reconnaître.

Dominique Sampiero

«Fragments en miettes de l’inquiétude»

Récits de paysages

tableaux de Jeremy Liron

nuit myrtide éditions

http://nuitmyrtide.com

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Celui qui part

  1. Lelius dit :

    « Car c’est du temps de leur vivant
    « Qu’il faut aimer ceux que l’on aime. »
    Barbara

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s