l’humble usage des objets (fragments)

DSC03053Dans les mouvements du monde les formes se font et se défont sans cesse. En quelque sorte ces bricolages refuseraient le mythe des avant-gardes, de la surenchère ou de la rupture, acceptant l’absence de toute vérité en favorisant au contraire quelque chose comme un bavardage, ce lieu mobile de la conversation, de récréation. Le bricolage comme forme d’un mouvement. Disons-le, nous n’avons plus de certitudes, nous voulons (ou ne pouvons que) dire large. J’ai pensé que le bricolage était la revendication d’un entre deux encore une fois, un état intermédiaire entre la forme, la mise en forme et l’informe. Ce qu’on est capable de maîtriser ou d’informer totalement parce qu’on ne le veut ou ne le peut, parce que, quoi qu’il en soit, quelque chose résiste intimement à l’unicité, à l’univoque, au définitif – en nous ou dans la manière qu’a le monde de se donner à nous. Manifestation de l’inassimilable ? Quelque chose demeure indéterminé et mouvant. On notait souvent cette manière accumulative faisant de l’oeuvre une sorte de mouvement s’étendant en réseau et sans réserve, comme cousu de liens hypertextes…. Le bricolé propose un espace ouvert à toute extrapolation, un espace d’exploration et non une démonstration. Une pensée plus qu’une conclusion, et qui alors accompagne les mouvements du monde et leur manière ductile. Cette idée d’organisation affective et incommunicable du bricolage toucherait à la représentation de l’irreprésentable, un dessaisissement…. Ces oeuvres bricolées témoignent alors d’un état du monde comme de l’état de notre façon de concevoir et dire le monde. J’ai pensé que la mélancolie était notre actuelle mystique.. Le bricolage comme l’image d’un monde disloqué, émietté, et la mélancolie comme cet état spécial de l’homme qui, comme l’homme de la Renaissance et du Baroque passant du monde fini aristotélicien à l’infini des plis s’en trouve à la fois aspiré de vertige et accablé ou angoissé par le vide ou les espaces infinis que sa pensée soudain creuse…

Jeremy Liron

l’humble usage des objets

nuit myrtide éditions

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour l’humble usage des objets (fragments)

  1. Le bricolage comme l’image d’un monde reconstruit.

  2. Le dimanche n’est plus réservé à cet art de l’instant…

  3. brigetoun dit :

    un beau petit livre commentaire d’une exposition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s