Henry pendant la bataille

Henri VIsonnerie guerrière. Entre le roi Henry, seul

Cette bataille offre l’aspect de la guerre du matin,

Quand les nuées mourantes le disputent à la lumière croissante,

A l’heure que le berger, soufflant dans ses doigts,

Ne peut appeler tout à fait ni jour, ni nuit.

Tantôt d’un côté elle oscille, telle une mer puissante,

Forcée par la marée à reprendre le vent ;

Tantôt elle oscille de l’autre, telle la même mer

Contrainte de se retirer par la force du vent.

Tantôt les flots l’emportent, puis c’est le vent ;

..

Tel est l’équilibre dans cette cruelle bataille.

Ici je veux m’asseoir, sur cette taupinière.

Que la victoire se décide selon la volonté de Dieu !

Car Marguerite, ma reine, et Clifford, aussi,

M’ont renvoyé du champ de bataille, jurant tous deux

Que la chance leur sourit d’avantage en mon absence.

Je voudrais être mort, si telle est la volonté de Dieu :

Car y-a-t-il autre chose en ce monde que chagrins et douleurs ?

Ô Dieu ! Ne serait-ce pas une vie bien heureuse

De n’être rien de plus qu’un simple berger ?

Assis sur une colline, tout comme je le suis à présent,

De tracer des cadrans avec adresse, point par point,

Pour observer la fuite des minutes :

.

Puis, cela connu, je diviserai alors mon temps :

Tant d’heures pour garder mon troupeau ;

Tant d’heures pour me reposer ;

Tant d’heures pour méditer ;

Tant d’heures pour me divertir ;

Tant de jours que mes brebis sont pleines ;

Tant de semaines avant que les pauvres bêtes mettent bas ;

Tant d’années avant de tondre leurs toisons.

Ainsi les minutes, les heures, les jours, les mois et les années,

Employés à ce pour quoi ils ont été créés,

Feraient décliner mes cheveux blancs vers un paisible tombeau.

Ah ! quelle vie ce serait là ! Si douce ! Si plaisante !

Le buisson de l’aubépine ne donne-t-il pas un plus doux ombrage

Aux bergers veillant sur leurs innocents moutons

Qu’un dais richement brodé n’en offre

Aux rois qui redoutent sans cesse la trahison de leurs sujets ?….

William Shakespeare

«Henri VI»

traduction Line Cottegnies

L’avant-scène – théâtre

cycle II

épisode 4, chapitre I : le pourpre du sang

la troisième partie d’Henry VI

Acte II – scène 3

photo Nicolas Joubart

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s