Inlands

Sans titreon ne saurait jamais


l’arabesque des eaux


pas plus celle des rêves

 

de quels courants venues


ni même de quels lieux


bien trop lointains dans l’être

 

pour n’être que cela


la danse dans l’air clair


de cela sous les yeux

 

l’impassible demeure


du simple et nous de n’être


que notre impermanence.

 

nos voix roulent éparses


de falaise en ravine


leurs jetées sont instables


fragments de pierres pauvres.

*

Jean Pierre Finck (poèmes)

Louise Image (photos)

«Inlands»

http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782371710078

Publie.net

 

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s