Le moineau au bec rose

SosekiJe me suis accroupi à côté de la cage.

L’oiseau a remué deux ou trois fois sa tête ronde. Peu après, la petite masse blanche a quitté le perchoir. A peine un battement d’ailes, et les ongles de ses pattes délicates se sont accrochés au rebord de la mangeoire. Le minuscule récipient qui pourtant semblait près de se renverser sous mon petit doigt était aussi immobile que la cloche d’un temple, c’est dire à quel point le moineau de Chine est léger. J’ai cru voir voltiger dans moi l’âme d’un flocon de neige.

L’oiseau a plongé son bec au milieu de la mangeoire. Puis il s’est mis à picorer, un coup de bec à gauche, un coup de bec à droite. Le millet parfaitement horizontal jusque-là s’éparpille hors de la mangeoire. L’oiseau lève son bec. Son gosier émet un léger bruit. De nouveau, son gosier émet un petit bruit, tout à fait plaisant. Si on prête l’oreille sans faire un seul geste, on perçoit une suite de sons ronds comme des bulles, très ténus, à un rythme extrêmement rapide de surcroit. Un peu comme un lilliputien ne cessait de frapper de son maillet d’or sur des billes d’agate.

J’ai remarqué que le bec était d’une couleur violacée, délicatement teintée de rouge. La teinte rouge s’estompe et l’extrémité du bec qui plonge dans le millet est blanche. D’une blancheur diaphane et en même temps légèrement opaque, comme l’ivoire. Le mouvement du bec est d’une étonnante rapidité. Les graines qu’il disperse à gauche et à droite semblent légères comme des bulles. L’oiseau donne l’impression de virevolter, sa petite gorge gonflée s’agite de bon coeur à chaque plongée du bec affilé dans les grains jaunes. Ils jonchent le sol de la cage, innombrables. Seule la mangeoire, imperturbable, n’a pas un mouvement. Il faut dire qu’elle est relativement lourde, d’une longueur inférieure à deux pouces.

Sôseki

«Une journée de début d’automne»

traduction Elisabeth Suetsugu

Editions Philippe Piquier

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le moineau au bec rose

  1. micheline dit :

    une minutie d’orfèvre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s