Monsieur Marc-Antoine Charpentier

Sans titreMonsieur Marc-Antoine Charpentier, comme il était parti à Rome, âgé de quatorze ans, pour y apprendre la peinture, en revint musicien.

Il avait la tête tournée des airs que Monsieur Carissimi composait dans ce temps-là.

Un beau matin, il avait abandonné le visible.

Il renonça aux verrières exposées au nord des ateliers des peintres.

 

OoOoo

Après avoir fermé les persiennes, ayant tiré vers lui le crochet, il s’assit dans l’ombre. Entre le volet de bois et le clavecin il dit :

– Je ne me souviens déjà plus des paupières qui se relèvent et qui écarquillent leur regard pour voir. Oubliées les robes et les odeurs merveilleuses qui entourent les jeunes femmes et qu’elles déplacent autour d’elles dans l’espace. Oubliées les galères qui appareillent au loin et la lumière éblouissante du soleil qui tombe sur les minuscules rames et sur les minuscules matelots. Je compose des leçons de ténèbres pour des bougies que j’éteins. J’entends des fantômes de plaintes de dieux qui meurent.

Pascal Quignard

«Les Ombres errantes»

 Folio

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s