Des frontières

Sans titreJ’imagine que la frontière entre le Canada et les Etats-Unis n’est pas très problématique. Rien à voir avec celle entre le Mexique et les Etats-Unis, par exemple, ou entre le Maroc et l’Espagne. Pourtant, les douaniers nous regardent avec attention. Ils regardent la photo sur le passeport, puis lèvent la tête en nous dévisageant, puis encore le passeport, puis encore notre visage. Je me suis toujours demandé s’ils arrivent vraiment à nous reconnaître. Il n’y a rien de moins ressemblant à une personne que sa propre photo. J’ai souvent du mal à reconnaître les personnes que je connais le mieux – même ma famille. Pour reconnaître quelqu’un sur une photo, il ne faut pas seulement le connaître, mais aussi et surtout avoir vu d’autres photos de lui – ou, encore mieux, ne l’avoir connu qu’en photo. Ceux que l’on reconnaît le mieux, ce sont les acteurs, les stars, ou les personnages politiques. On ne peut pas reconnaître quelqu’un à partir de sa photo. Pourtant les douaniers semblent y croire.

Marcello Vitali Rosati

«Navigations»

Publie.net

http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814507739/navigations

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Des frontières

  1. nanamarton dit :

    Très belle illustration de couverture… un peu moins belle langue, avec sa frontière « problématique » et ses « connaître/reconnaître »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s