Maître Niu

Sans titreLe docteur Niu, célèbre et respecté, membre de maints comités, directeur de ceci et de cela, n’était pas un personnage ordinaire. Dans son jeune âge, il avait été reçu aux examens impériaux. A vingt-huit ans, il avait obtenu son doctorat aux Etats-Unis et, après sa trentième année, il avait occupé divers postes de haut fonctionnaire. Ayant désormais passé la quarantaine, il avait cinq concubines et fumait une grosse quantité d’opium. Il avait donc beaucoup de chance d’être encore en vie.

Ses connaissances n’étaient pas très profondes, mais elles étaient vastes et il était docte, très docte. Etant donné ces vastes connaissances, il s’occupait de tout et, même lorsqu’il exerçait de hautes fonctions, aucun détail ne lui échappait. Il réfléchissait aux affaires de sa famille, du pays et du monde en fumant de l’opium, allongé sur son lit. Ce n’était donc pas une sinécure d’être au service d’un haut fonctionnaire possédant de tels dons. Partout où il exerçait ses fonctions, son comportement irascible faisait trembler ses subalternes. Vêtus de leur tenue d’été en tissu léger, ils claquaient des dents devant lui. Or, plus les gens tremblaient devant lui, plus Maître Niu se sentait puissant. Il était un être d’exception et tous les autres n’étaient que des médiocres. Ses subalternes avaient beau s’ingénier à le satisfaire, ils n’y parvenaient jamais. Les idées de Maître Niu étaient en effet si ingénieuses et si compliquées qu’un être ordinaire ne pouvait les deviner. Les gens du commun sont au courant des choses anciennes ou des modernes, mais ceux qui connaissent les anciennes ne connaissent pas les nouvelles et vice-versa. Maître Niu, en revanche, maîtrisait l’ancien et le moderne, le chinois et l’occidental. Chacune de ses idées était conforme aux classiques et à l’histoire, à l’intérêt public et à l’intérêt privé, ainsi qu’à la physique, la chimie, l’économie et la sociologie….

Lao She

«le crachoir de Maître Niu»

dans

«L’homme qui ne mentait jamais»

Piquier poche

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s