À propos de l’homme, des étoiles et du cochon

Sans titre

Recevoir un nom de baptême ou un surnom quelconque ne signifie pas encore être un homme.

Mettre un chapeau, enfiler des pantalons avec des bottes et se mettre à parler à la manière d’un homme, répéter mille fois que l’on pense et que l’on comprend quelque peu : cela encore ne signifie pas être un homme.

Être un homme c’est soulever un fardeau royal, quel qu’il soit, et après l’avoir pris avec les lèvres et le coeur serrés, le porter courageusement en éclairant et en s’éclairant dans la nuit confuse du destin et de la justice.

Et ce qui doit être est encore loin de ce qui est.

Et voici qu’à côté de l’homme, dans l’homme même, fourmille le pain et voici pourquoi, où que l’on regarde – dans les rues, au théâtre, dans les réunions – partout, les groins se montrent.

Baffrer, se laisser choir dans une graisse tiède et rester couché le groin au soleil – qu’y a-t-il de plus enviable ? – entouré d’un grognement et d’un gargouillement de cochon – quel bonheur !

Et il faut que l’homme se souvienne, et dire une fois pour toutes : ou tu es un homme, ou tu es un cochon.

Et si tu veux rester un cochon – fais le cochon.

Mais si tu veux être un homme, aies honte du cochon qui est en toi et portes le fardeau.

En éclairant comme la lumière, il te donnera le bonheur, ce qui est inconcevable pour un cochon, et il ouvrira un chemin – pour l’homme, où tout ce qui est humain est aussi étrange à l’homme que ce qui appartient au cochon, où on trouve une terre nouvelle, un ciel nouveau, un autre destin et une autre justice…

Alexei Remizov

publié dans la revue Dom Iskousstv (la maison des arts) n°1 – 1921

repris dans

Art et poésie russes – 1900-1930 – textes choisis

édité par le Centre Georges Pompidou

portrait emprunté à https://www.lerideau.fr/anne-marie-tatsis-botton/2914

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour À propos de l’homme, des étoiles et du cochon

  1. francisroyo dit :

    « Être un homme c’est soulever un fardeau royal »
    Quelle leçon avant ma nuit!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s