Écouter le vent

Sans titreaujourd’hui je voulais raconter une histoire qui m’est arrivée en Italie mais j’ai passé la journée allongée à écouter le vent – le bruit qu’il fait dans les feuilles cramées de la laurette est le même que le froissement de mon cœur quand je l’écoute de trop près – amplifié – insupportable et fascinant – je n’ai pas mis un pied dehors aujourd’hui je n’ai pas ouvert les volets brutalement je n’ai pas ouvert mes paupières brutalement et pourtant ma blessure à l’œil s’est rouverte aujourd’hui d’une branche souple qui l’avait fouetté il y a des années aussi laissez-moi vous le dire une bonne fois à ne faire qu’écouter le vent l’œil même peut en souffrir

Corinne Lovera Vitali

«mini moi»

sur la revue en ligne Nerval

Publie.net

http://nerval.fr/spip.php?article97

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s