Kassandra – Alexandra

Sans titreKassandra la soeur de Pâris, Alexandra la soeur d’Alexandros, parle, parle sans cesse à l’écart de tous.

Elle parle et c’est comme le silence.

Elle parle : cela ne sert à rien.

Elle dit ce qui surgit mais cela ne sert à rien à ce qui surgit, cela ne transforme pas ce qui surgit. Cassandre désigne la sacerdos furibunda. La prêtresse pleine d’une fureur sans objet. La prophétesse furibonde. Elle est celle qui vaticine vera sed frustra.

En vérité mais en vain.

Ce n’est pas le faux, qui fait le coeur de la littérature, mais la vérité vraie.

ooOoo

Dans les musées on la découvre le plus souvent représentée de façon tragique, désolée, malheureuse, sur les vases, sur les stèles.

C’est la seule femme du monde grec montrée, dessinée, sculptée, peinte les cheveux désordonnés.

Dès qu’on voit une jeune femme au sein découvert, aux cheveux décoiffés, sur la paroi d’un vase, on peut dire : «C’est Cassandre !»

Elle est celle qui se voit mourir et qui, avertissant en vain de sa mort, va sans faillir à ce qu’elle a vu alors que tous dénient l’effrayante violence qui fait la fin des jours.

Alors que tous les hommes refusent la mort.

Alors que tous les hommes ne veulent pas entendre parler de leur anéantissement, elle connaît la scène de sa mort. Non seulement elle connaît la scène de sa mort mais elle décrit cette scène et la contemple.

Parfois elle se tient la bouche ouverte, accroupie, assise, déhanchée, incurvée, un genou sur le dallage du temple, le torse nu, son himation déchiré, ou complètement nue, le sexe nu, sa robe traînant à terre. Elle tend les mains vers la statue de la déesse Athéna, elle l’enserre, elle s’agrippe à la statue tandis qu’Ajax vêtu de sa cuirasse la menace avec son glaive dans sa main droite et, de la main gauche, tirant les cheveux qu’il échevèle sur sa tête, cherche à l’arracher à sa prière vaine et à une protection divine devenue inutile.

Pascal Quignard

«Zétès»

«Lycophron et Zétès»

Poésie/Gallimard

vase figures rouges – peintre de Lycurgue http://www.mlahanas.de/Greeks/Mythology/Cassandra.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s