Christine Jeanney rencontre Daniel Bourrion

Daniel BourrionQuelle est la phrase/anecdote/situation qui déclenche l’écriture de Légendes ?

Légendes est une «compilation» qui rassemble plusieurs textes courts qui font sens ensemble (aux éventuels lectrices et lecteurs de chercher lequel), et les déclencheurs sont donc multiples. Si on prend les textes dans l’ordre d’apparition à l’écran, cela donne :

– Langue : la première phrase arrive toute seule dans le train qui me ramène de Lorraine, où j’ai passé les presque 40 premières années de ma petite vie. Je suis assis, j’entends un des passagers parler en français, je me dis en mon for intérieur «Cette langue n’est pas ma langue» et c’est une vérité. C’est ce que raconte Langue, car ma langue maternelle est un patois lorrain germanique, le Platt – j’ai appris la langue française à l’école des bonnes sœurs à l’âge de 3 ans ;

– Litanie : un souvenir qui remonte d’une pièce, du corbillard qui était utilisé dans le village de mon enfance pour transporter les morts (c’est le premier paragraphe du texte). Ensuite, il suffit de dérouler les souvenirs, et le fait d’avoir été servant de messe aide forcément…

– La petite fille dans sa robe claire : le déclencheur est une photographie qu’on me donne, et qui est maintenant sur mon bureau, juste là. Le texte décrit la photo, ce qu’elle représente, et ma surprise, en fait, quand j’ai compris qui était sur la photo (je le dis tout à la fin) ;

– 19 francs : Je lis quelque part un papier sur Echenoz et comme à chaque fois, je pense à son «Occupation des sols», à comment j’ai acheté ce livre, au chemin parcouru depuis – des petits riens, en somme, mais plein de petites choses qui finissent par faire les textes, et nous avec ;

Trois quatre-vingts : après 19 francs, que j’envoie au libraire dont il est question et à, évidemment, Jean Echenoz, je reçois une réponse très gentille des deux. Je manque tomber de ma chaise, et je me dis qu’il serait temps, quand même, de relire L’Occupation des sols, pas rouvert depuis que j’ai été étudiant (ça date). Trois quatre-vingts raconte comment je n’ai pas relu L’Occupation des sols, et pourquoi (je ne l’ai toujours pas relu, d’ailleurs, et je pense ne jamais le relire).

.

Christine Jeanney

Daniel Bourrion

«un texte une voix – l’interview et l’extrait en un seul epub gratuit»

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814507661

ne pas le manquer pour avoir envie de lire les textes chroniqués, et surtout cédez y tout spécialement dans le cas de Légendes http://www.publie.net/fr/ebook/9782814594807/legendes

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s