rue de Richelieu

Sans titreEn semaine, j’allais tous les jours à la Bibliothèque nationale de la rue de Richelieu, où je restais assis jusqu’au soir à ma place, en muette solidarité avec les nombreux autres travailleurs de l’esprit, perdu dans les minuscules notes en bas de page des livres que je consultais, dans les ouvrages que je trouvais mentionnés dans ces notes et dans les annotations de ceux-ci, et ainsi de suite, remontant toujours en arrière, depuis la description scientifique de la réalité jusqu’aux détails les plus saugrenus, dans une sorte de constante régression qui se concrétisa sous la forme bientôt totalement absconse des notes de plus en plus foisonnantes, de plus en plus hétéroclites que je prenais. À côté de moi était assis le plus souvent un monsieur soigneusement coiffé, portant des manchettes de lustrine, qui depuis des dizaine d’années travaillait à une encyclopédie d’histoire religieuse et en était arrivé à la lettre K, si bien qu’il était clair qu’il ne réussirait jamais à la terminer…. Un jour, plus tard, j’ai vu dans un film documentaire en noir et blanc sur la vie de la Bibliothèque nationale les messages circuler à grande vitesse par courrier pneumatique entre les salles de lecture et les réserves, le long de trajets nerveux, pour ainsi dire, et j’ai constaté que la communauté des chercheurs reliés à l’appareil de la Bibliothèque forme un organisme extrêmement compliqué, sans cesse en évolution, consommant comme aliment des myriades de mots qui lui permettent de générer à son tour des myriades de mots…. Il n’était pas rare à l’époque que je m’interroge et me demande, dans cette salle de bibliothèque emplie de légers bourdonnements, bruissements, toussotements, si je me trouvais sur l’île des Bienheureux ou au contraire dans une colonie pénitentiaire…

W.G. Sebald

«Austerlitz»

traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau

Babel

photos http://www.theintrepidreader.com/2012/07/bookish-quotes-books-in-paris.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s