Invectives contre Avignon

10 11 3 pour BrigetounQue la flamme du ciel pleuve sur tes toits ; puisqu’il t’est si doux de mal faire, méchante qui n’est riche et grande que pour appauvrir les autres, et leur retirer jusqu’aux glands et à l’eau des fleuves ;

Nid de trahisons, dans lequel se couve tout le mal qui se répand aujourd’hui par le monde ; esclave du vin, des lits et des viandes, en qui la luxure est arrivée au comble de ses excès.

Tes jeunes filles et tes vieillards vont dansant par les salles, et Belzébuth se tient au milieu avec les soufflets, le feu et les miroirs.

Puisses-tu bientôt ne pas être nourrie sur la plume à l’abri, mais nue au vent, et sans chaussure parmi les épines ; vis enfin de façon que la puanteur en monte jusqu’à Dieu.

François Pétrarque

«Canzionere»

traduit par le comte Ferdinand L. de Gramont

Poésie/Gallimard

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Invectives contre Avignon

  1. lucas dit :

    « nue au vent »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s