Vers le sud (après Auschwitz et Katowice)

Sans titreLa veille du départ, Leonardo et moi-même remîmes les clés du dispensaire et prîmes congé de Marja Fjodorovna et du docteur Dantchenko. Marja était silencieuse et triste : je lui demandais pourquoi elle ne nous accompagnerait pas en Italie, ce qui la fit rougir comme si je lui avais fait une proposition déshonnête. Dantchenko arriva sur ces entrefaites : il portait une bouteille d’alcool et deux feuilles de papier. Nous pensâmes tout d’abord que l’alcool était sa contribution personnelle aux médicaments alloués pour notre voyage ; mais non, c’était pour porter des toasts d’adieu, ce que nous fîmes cérémonieusement.

Et les feuilles de papier ? Nous apprîmes avec surprise que le Commandement attendait de nous deux déclarations de remerciements pour l’humanité et la correction avec lesquelles nous avions été traités à Katowice ; Dantchenko nous ria en outre de faire mention explicitement de sa personne et de son action et de signer en ajoutant à notre nom la qualité de «Docteur en médecine». Ça Leonardo avait le droit de le faire et il le fit ; mais dans mon cas, il s’agissait d’un faux. J’étais perplexe et j’essayai de le faire comprendre à Dantchenko ; mais il s’étonna de mon formalisme et désignant la feuille d’un doigt impérieux il me dit avec irritation de ne pas faire d’histoires. Je signai comme il le désirait : pourquoi ne pas lui rendre ce petit service pour sa carrière ?

Mais la cérémonie n’était pas terminée. À son tour Dantchenko sortit deux certificats écrits de sa main en belle ronde sur deux morceaux de papier à carreaux, arrachés de toute évidence à un cahier d’écolier. Dans celui qui m’était destiné, on déclarait avec une désinvolte générosité que «Le Docteur en médecine Primo Levi, de Turin, a, pendant quatre mois, prêté son concours habile et diligent auprès de l’infirmerie de ce Commandement et de telle façon qu’il a mérité la reconnaissance de tous les travailleurs du monde.»

Primo Levi

«La Trêve»

traduction de l’italien par Emmanuelle Genevois-Joly

Grasset

image http://rorschachaudio.wordpress.com/2013/08/19/primo-levi-1919-to-1987-the-radiophonic-babel-of-war/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s