Le détroit

Sans titre.. la vue qu’il ménageait, d’autre part, état décevante, car à cette vitesse, à peine avait-on repéré les remous engendrés par quelque grand poisson, ou pa un cétacé, qu’ils avaient disparu dans le sillage. C’est ainsi qu’une fois de plus je n’avais rien vu pendant le passage du détroit, sinon quelques boutres de pêche, le souffle lointain d’une baleine, et la silhouette estompée d’un pétrolier de taille moyenne, l’Antares Star, engagé dans le rail sortant du dispositif de séparation du trafic, et précédé par un autre, plus grand, dont je n’étais pas parvenu à lire le nom. Auparavant, dans les dernières heures de mon séjour à Khasab, Abdullah avait tenu à me faire visiter un entrepôt où des gens de sa connaissance préparaient des ballots de tissu, ou d’autres produits de contrebande, destinés à être chargés le jour même sur l’une de ces petites embarcations dont les mouvements d’une rive à l’autre, perpendiculaires à ceux des pétroliers ou des navires de guerre, rythment la vie du détroit avec la régularité d’un mécanisme d’horlogerie.

Jean Rolin

«Ormuz»

P.O.L.

Image http://middleeastmasala.cordpress.com

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s