L’incessant (fragment)

Sans titreavec cette cloche d’un soir sonnant très loin sur les ombres violettes, bruit de pas dans l’escalier, vol grinçant d’un corbeau l’autre matin parmi les cheveux clairs de l’enfant riant, et ses deux yeux étaient deux sources, un vol de colombes, les signes du jour, avec le soir d’octobre, un marteau résonnant dans la rue, la main qui écrit, s’arrête, écrit encore, tâtonnant, cherchant ce mouvement du corps soudain vivant, les livres inclinés, le camion, quelqu’un parlera bientôt, le fauteuil blanc, un rocking-chair immobile où il s’assoit souvent, la porte ouverte sur un miroir dans l’ombre, avec le froid aux pieds, les voix entretissées dans la salle aux rayonnages à moitié vides, avec le devenir ouvert soudain sur une barque entre les joncs, une photographie, un geste jaune, un peu de pain, quelques miettes oubliées sur la table près d’une orange, un vieux blue-jeans usé qu’elle aimait bien porter, marche au sous-bois craquant et rouge, éclair d’eau entre les branches, visage vacillant, tournesol du plaisir, je serai triste comme un saule, un air tenace, quand le dieu qui partout me suit, qu’ils ne cessaient de fredonner dans la voiture en roulant vers l’espagne il y a longtemps déjà, mais quand au juste, dix ans, je crois, me dira la main sur l’épaule, quant à elle tu ne trouves pas qu’elle se maquille trop, les talons hauts résonnant sur le parquet grinçant, clefs tintant à la cuisine, matin d’avril, quelques pensées jaunes surtout, quelques paroles encore, va-t-en voir là-haut si j’y suis, la pluie doit bien toucher les vitres, non, il ne pleut pas, avec le silence un instant, avec le ciel arrêté sur les feuilles immobiles dans la chaleur légère d’une lumière lointaine et blanche, luttant contre cette lassitude, cette paresse du corps à se laisser glisser sur la page au rythme entrecoupé des phrases disant l’aboi d’un chien, le grondement d’un moteur fugitif, le frottement des chaussures sur le plancher, pendant qu’à la cuisine coule le robinet, dans un bol sans doute, porte ouverte, rumeur, faudra réparer la chasse d’eau, reprendre la chasse aux mots, la chasse au sens, la chance d’en sortir, passages cloutés, feux rouges, parking, sens unique, interdit, point, virgule, tiret, parenthèse, sans perdre le fil, suivre syllabe après syllabe cette voix qui parle, qu’on écoute sans le vouloir, sans pouvoir l’éviter,….

Jacques Ancet

«L’incessant»

Publie.net – collection L’Inadvertance

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814507609

image http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/ancet.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’incessant (fragment)

  1. lucas dit :

    incessamment sous peu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s