Un dimanche du journalier (ou « diariste »)

Sans titreConstruction, déconstruction, le chantier constitue l’horizon du journalier, son ordinaire et son dimanche même si parfois il rêve d’une impossible trêve, le journalier, d’ouvrage enfin conclu, enfin chômer, bénir le septième jour, le sanctifier, sacré boulot quand il y pense, faire et défaire c’est toujours travailler et pour défaire il n’est pas le dernier, faut dire qu’il y toujours quelque chose à défaire, alors la trêve, toujours quelque chose de trop, trop vague ou trop précis, impudique ou secret, mystérieux, éclairant, sensible, indifférent, alors il barre, il gomme, alors évidemment à force, une bricole ici, une petite chose là, ailleurs une babiole, une autre, une autre encore, l’un dans l’autre ce n’est plus un détail, c’est tout qui manque, à force…

Construction-déconstruction, on le dit dans cet ordre alors que c’est l’inverse, pour faire il faut défaire, fonder c’est avant tout creuser et Albin creuse en forcené. Plus il creuse, plus le fond se dérobe, l’indispensable base sur laquelle bâtir, bâtir quoi ? à trop creuser il l’a depuis longtemps oublié. Pourtant, il devrait le savoir, le chantier c’est lui, rien que lui, qui ou quoi d’autre à édifier… Creuse et s’enfonce. Disparu, Albin. Ne voit rien, ne sait rien de lui. Enfoui sous les décombres, sous les mots..

Albin bis

«Albin – saison 1, cent épisodes»

Éditions Louise Bottu

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s