L’histoire de l’Ambassadeur et les chats de la bibliothèque

Sans titreUne affiche qui traîne depuis des lustres dans les locaux de la vieille université propose un travail d’écriture intéressant. Il s’agit d’écrire les mémoires perdus d’un ambassadeur des mers du sud. Ceux-ci sont perdus depuis un naufrage autour des îles aux rochers percés, mais on sait, puisque l’homme est revenu dans la cité du vent, qu’une partie a été conservée. L’annonce dit que les rémunérations sont importantes. L’ambassadeur n’a jamais atteint son point de chute, il a été rappelé dans la cité par les autorités sans avoir à poser le pied sur les terres de sa destination. Frustré, il a entrepris un voyage de retour qui a duré vingt-trois années. Durant celles-ci, l’ambassadeur s’est payé du bon temps dans les îles aux rochers percés, où on sait qu’il s’est marié à l’âge de vingt-neuf ans. C’est en fuyant sa belle-famille devenue folle qu’il fit naufrage à quelques brasses des côtes. Dans la précipitation de la manœuvre, le bateau heurta plusieurs digues naturelles, et les précieux cahiers de mémoires tombèrent sur le fond vaseux. Depuis, l’ambassadeur n’a pas touché un seul crayon. On connaît plusieurs récits qui le concernent, des mémoires attestant de sa présence à plusieurs endroits du monde au même moment, des lettres jamais envoyées qui lui étaient adressées, ou même un poème de plus de quatre cents vers relevant presque de l’hagiographie. Je décide de m’emparer des livres en question dans la bibliothèque vide des locaux abandonnés. Plusieurs chats sont occupés à roupiller sur les grimoires illustrés posés sur les tables depuis plusieurs décennies. Quelques panneaux à l’entrée présentent les petits animaux comme dangereux, car vecteurs principaux de la maladie. Je n’ai jamais cru à ces théories, car les vieilles mémères à chat sont celles qui ont le mieux survécu quand la vague a déferlé. Certains viennent se frotter contre mes mollets. D’autres sont occupés à guetter la sortie d’une souris bibliothécaire qui s’est engouffrée entre deux ouvrages de théorie politique. Quand je trouve enfin le livre de Maurizio Cavallo, l’épopée lyrique qui transforme l’ambassadeur en saint-patron des voyageurs, l’édition est trouée. Si la reliure est intacte, il manque au moins la moitié du poème. Je l’emporte quand même. Les autres livres sont au sous-sol, derrière les trois grosses portes de bois, de marbre et de métal qui protègent la collection impériale, c’est-à-dire celle qui fut constituée sous le règne des empereurs du vent. Les chats de cette salle miaulent plus que dans celle des étages, car l’absence de fenêtre permet de s’entendre mieux entre congénères. La verrière presque opaque donne une lumière particulière à l’espace clos du sous-sol. Au temps où la bibliothèque était fréquentée par toute l’université, j’imagine qu’il devait être impressionnant de voir les individus présents dans le hall marcher au-dessus de nos têtes. Aujourd’hui en tout cas, il est amusant de voir se dessiner les pattes des chats sur les plaques de verre superposées, puis de les voir devenir floues, puis de nouveau nettes une fois déposées au sol. Je reste le nez en l’air pendant un bon quart d’heure à regarder les chats marcher au plafond, puis décide de chercher les quelques livres qu’il me manque. Je les trouve sans problèmes, rangés, j’imagine, comme ils l’étaient à la création du bâtiment, à l’emplacement « Grands voyageurs, Récits burlesques ». Je dois forcer pour les retirer de l’étagère sur laquelle ils sont collés par la poussière humide et le cuir de la couverture décomposée. Le rayon est rempli de textes poétiques médiévaux et de recueils de croquis annotés.

Fabien Clouette

«Une épidémie»

Publie.net

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814507586/une-epidemie

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s