Les peintres vaudou

Sans titreLes peintres vaudou n’attendent pas Bjork. D’ailleurs la plupart sont morts. Ce sont des stars. Ils restent cloîtrés dans une minuscule chambre, mangent sans sel, ne veulent pas de lumière, et n’adressent la parole qu’aux membres du personnel. Le musée a pourtant mis sept chambres à leur disposition, mais ils refusent de se quitter. Petit groupe d’hommes en chapeau dans un coin de la chambre. La pénombre fait des silhouettes sur le mur. C’est Dewitt Peters, un Américain de Boston, professeur d’anglais au lycée Pétion de Port-au-Prince, qui les a dénichés dès son arrivée à Haïti en 1944. Il visitait le pays. Sur la route de Saint-Marc, il a vu une porte étrangement peinte : un serpent avec une tête d’homme. Damballah ! Il est entré dans le houmfort pour trouver les murs couverts de peintures, comme s’il franchissait une porte qui débouchait sur un autre monde. L’univers d’Hector Hyppolite, le grand-maître de la peinture vaudou. Breton en est fou. Le monde des rêves au bout des doigts. Dewitt Peters annonce qu’il va ouvrir un centre d’art. Rigaud Benoît, un chauffeur de taxi de Port-au-Prince, franchit le premier l’enceinte du nouveau centre d’art, avec un autoportrait intitulé : Chauffeur de taxi. Un petit chapeau légèrement déposé sur sa tête. Il était suivi de Jasmin Joseph, celui qui ne peint que des lapins – cinquante ans à peindre des lapins. Jasmin Joseph et Rigaud Benoît, deux êtres totalement opposés (l’un, grand, maigre, nerveux ; l’autre, petit, gros et serein), ne se sont plus quittés, et sont entrés dans la gloire main dans la main. Un matin, un jeune garçon cherche du travail, le Centre a justement besoin d’un balayeur. Il aura à ouvrir le Centre, chaque matin, après l’avoir balayé. Il passe son temps à regarder les toiles. Il décide de changer son balai contre un pinceau. C’est Castera Basile. Dewitt Peters doit aller…..

Dany Laferrière

«Je suis un écrivain japonais»

Grasset

image : Hector Hyppolite

http://reblololo.tumblr.com/post/735296291/hector-hyppolite-1894-1948

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les peintres vaudou

  1. micheline dit :

    cette émouvante puissance de l’art sur le destin des hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s