le jade

12 9 jade pour cosaquesBorislava pensait à ce qu’elle avait entendu au camp, autour de la table, et dans la salle, à Sostiene Baranov, qui attendait lui aussi d’être vraiment admis au fort Bastiani, et à l’histoire de Dembinski et sa bague.

Elle a regardé sa main, elle a regardé le jade, elle s’est souvenue de bribes d’histoires, du peu qui lui avait été raconté par sa grand-mère, fouillant dans des lettres, ou une malle, triant, gardant, jetant.

Et sans s’en rendre compte, ou un peu, mais en ne s’y attardant pas, elle combinait ces lambeaux, elle jetait des ponts entre eux.

Elle a vu le jeune couple arriver à Pékin, examiné par ses aînés, s’installer, se meubler, avec les conseils parfois un peu envahissants de la femme de l’ambassadeur, de celle du premier attaché militaire, de Madame X et, maternels, de Madame Y – qui a bien connu votre mère ma chérie, elle a dû vous le dire – assister aux dîners rituels puis les premières invitations pour recevoir, un peu nerveux, les membres de l’ambassade, les amis qu’ils commençaient à se faire, les jeunes couples et les brillants ou ennuyeux célibataires.

Elle les a vus assis dans des fauteuils de rotin, en fin d’après-midi, dans leur jardin – leur domestique leur remet deux grandes cartes avec de grands caractères chinois et, dans un coin, les noms en écriture latine.

Sa grand-mère les a passées à son mari. Il a eu un sourire de surprise, il s’est levé, est revenu avec deux chinois, un peu plus âgés que lui peut-être, l’un, maigre, en uniforme, l’autre, plus lourd, en robe. 

Elle était un peu intimidée, ou surprise, elle les a invité à s’asseoir, elle les a écouté, elle a compris qu’ils avaient, tous deux, été envoyés à Saint-Cyr pour une période de formation, quelques années avant la guerre, quand il y était élève, qu’ils avaient été camarades, qu’ils avaient reconnu son nom, qu’ils étaient heureux de parler un peu français, de rencontrer des européens, qu’il semblait avoir gardé un bon souvenir d’eux, qu’il était plutôt heureux de leur visite.

Elle a compris aussi qu’il attendait d’elle qu’elles les invite… et il a complété en suggérant le nom de l’attaché militaire espagnol, d’un conseiller britannique…

Elle se souvenait des années plus tard de ce dîner, de la robe brodée, superbe – comme cette jupe, tu vois, disait-elle en montrant la plus belle des jupes de mandarin qu’elle sortait d’une malle en parlant, en cherchant une, celle-là peut-être justement, dont le lés de devant, en soie damassée violette un peu fusée couverte de branchages bleus clair, indigos, noirs et blancs argent, pour en faire un grand panneau sous-verre – de la robe brodée donc – mais, tu vois, au point de Pékin, regarde, c’est rare tu sais, et réservé aux vêtements les plus luxueux – de la robe brodée, de la barbe à pointes, des rots de politesse, de plus en plus accentués, des taches, de son effarement, de la gêne de son compagnon quand il surprenait son regard.

Mais aussi de sa façon de parler de concerts à Paris, de livres – il était plus au courant que moi – de sa drôlerie, de son amabilité, de la gentillesse avec laquelle il avait aidé son camarade – ton grand-père – a choisir une pierre pour marquer la naissance du bébé attendu.

  • Tu sais le jade, la bague de ta mère… elle n’a pas une très grande valeur mais
  • Elle est belle
  • Un peu grande, mais d’un beau vert profond. Je l’ai fait monter pour elle, plus tard, pour ses dix huit ans, à Hanoï.
  • Elle est très belle
  • Tu crois que ta mère aimerait la violette ? Oui c’est cela, et la rouge rouge pour T…. F, elle a déjà choisi la bleu clair.
  • Brigitte Célérier

  • pour les Cosaques des frontières

    refuge pour les dépaysés

    http://lescosaquesdesfrontieres.com

mais c’est le reste du blog qu’il ne faut pas manquer

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s