Odile Duboc

4 9 pour BrigetounLe travail d’Odile Duboc. Bachelard. L’eau. L’air. Le feu. Ces matières qui nourrissaient son travail. Le corps perméable et ultrasensible qui guidait sa recherche. J’ai compris que cela ne me servait à rien d’essayer – depuis pas mal d’années et, déjà, à l’époque – d’inventer de nouveaux mouvements, qu’il faudrait ajouter les uns aux autres pour faire un nouvel alphabet d’une nouvelle chorégraphie. J’ai entrevu, à ce moment là, des idées clés de son travail, que j’ai, en partie, faites miennes.

… le vertige des sensations. Le vertige, c’est l’une des catégories du jeu selon Roger Caillois… et je crois qu’Odile Duboc en a vraiment fait quelque chose de particulier. Car au lieu de s’enivrer de grands mouvements infinis, vertigineux au premier degré, ….. elle cherchait dans des microdéplacements et un art du toucher (des autres, mais aussi de soi et des matières environnantes, réelles et rêvées) de quoi nourrir ce vertige, délibérément placé dans un espace plutôt intime. Elle portait son attention à des soulèvements minimes du corps, des contacts non affirmés, non finis, des étirements non linéaires. Ce regard permet une sensation de vertige lors de déplacements qui seraient sans cela passés totalement inaperçus. Par exemple, quand, au sol, on soulève un bras, la sensation du soulevé est bien plus forte lorsqu’on le soulève d’un millimètre, car alors tout le poids de l’arrachement du bras reste très prégnant. On a tout autant l’impression de s’enfoncer que de soulever le bras à proprement parler. Sans mystique, elle nous faisait sentir l’infini sensationnel des mouvements les plus simples, qui pouvait aussi bien nous conduire à créer les mouvements les plus apparemment compliqués. Mais le saut le plus tarabiscoté peut naître d’un état des sensations qui n’a rien à voir avec le formalisme de la technique virtuose.

…..

Boris Charmatz

«Emails 2009-2010 Jérôme Bel, Boris Charmatz»

Les presses du réel

image – les trois boléros d’Odile Duboc http://www.filmsdocumentaires.com/films/733-odile-duboc

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s